10 % de rabais sur 50 € Code : SANTE10 - 15 % de rabais sur 100 € Code : SANTE15 - 20 % de rabais sur 200 € Code : SANTE20

0

Your Cart is Empty

La douleur lombaire évolue assez rapidement. C’est pourquoi cette affection se décline en trois stades bien distincts. Les mesures à prendre s’intensifient au fur et à mesure que la maladie avance. Par contre, les causes sont presque les mêmes étant donné qu’il s’agit d’une même pathologie. Vous devez, toutefois, retenir qu’elle a tendance à s’empirer à défaut d’une prise en charge adéquate. 

Il est assez facile de distinguer la lombalgie d’un autre mal-être. Toujours est-il qu’on vous donne un aperçu de ce que vivent les victimes de ce problème. De notre côté, nous faisons en sorte de vous mettre sur la bonne piste pour trouver la meilleure solution pour faire face à votre souci de santé. Dans cette optique, nos propositions comprennent entre autres la méthode Stop mal au dos que vous allez en faire la connaissance dans cet article. 

Comment reconnaitre une lombalgie ?

La douleur du dos est plutôt facile à discerner puisque les symptômes sont assez évidents. A priori, sa manifestation ne prévient pas. C’est-à-dire que les douleurs surviennent subitement à tout moment. Elles sont plus ou moins intenses en fonction de l’état de la lombalgie. Cette dernière est, entre autres, causée par un faux mouvement et un effort trop extrême. À la suite de ces évènements causatifs, le sujet devrait commencer à prendre conscience d’un désagrément, pas forcément, contraignant dans son quotidien. Mais le comble est que ce genre de sensation devient de plus en plus insupportable surtout en présence de certains mouvements. 

Deux cas bien distincts peuvent se produire. Si les signes sont du genre inflammatoire, ils ont tendance à apparaître pendant la nuit. Ils sont généralement causés par des réactions émises par les articulations. C’est dans ce cas de figure que le sujet ressent une tension très intense à son réveil. Heureusement, cette crispation tend à se modérer au fur et à mesure que la journée avance. 

D’une autre part, les symptômes mécaniques se manifestent lorsque les malades effectuent des mouvements mettant en péril la souplesse des articulations. C’est au cours de la fin de soirée que les douleurs sont les plus continues. C’est ce genre de mal de dos qui est connu sous le nom de tour de rein. Il est, en plus, le plus rencontré. 

Prendre en charge une poussée aiguë de lombalgie 

La lombalgie aiguë est le premier degré de cette affection. Elle se caractérise par un tiraillement sur la partie inférieure du dos. Ses propriétés font qu’elle endigue certains mouvements de tous les jours. Alors qu’elle n’est pas du tout grave. D’ailleurs, il suffit de quelques applications pour que les symptômes disparaissent. 

N’empêche qu’il est toujours conseillé d’entamer les traitements le plus tôt possible afin de mieux vivre au quotidien. Généralement, les soins correspondants aident à modérer les signes de la maladie. Pour ce faire, une application en alternance de chaleur et de froid fait l’affaire étant donné que c’est la forme la moins grave de la lombalgie. Des étirements chaque matin et avant d’aller se coucher sont aussi très bénéfiques. La consommation d’antidouleurs est permise à condition d’opter pour des produits naturels. Ce, afin de limiter les risques de subir des effets secondaires. 

En même temps, les traitements rencontrés dans ce sens visent entre autres à renforcer les muscles du dos, principalement, à l’aide de bons exercices physiques. Mais le plus important est de parvenir à supprimer le problème pour toujours.  

Quand il s’agit de la lombalgie subaiguë

Si au bout de six semaines, la lombalgie n’est pas encore prise en charge, elle devient subaiguë. C’est-à-dire que le sujet est passé à un autre degré. Ce stade dure généralement 12 semaines. On vous laisse imaginer le calvaire que les malades vivent pendant tout ce temps. Par ailleurs, cette phase est très critique puisque c’est la transition vers la forme la plus grave de la maladie. 

Généralement, la nervosité et les autres troubles émotionnels engendrent ce problème. Mais comme dans le cas précédent, le manque d’activité physique régulière est un facteur de risque assez considérable. La plupart du temps, ces deux conditions sont réunies au sein de l’exercice d’une activité professionnelle, surtout, sédentaire. 

Les soins susmentionnés sont valables pour cette deuxième catégorie. Seulement, un renforcement s’impose étant donné que les symptômes sont plus graves. À ce stade, les remèdes qui ont recours à la manipulation des muscles sont favorisés. 

La lombalgie chronique : plus grave, mais curable

Après les douze mois correspondants à la lombalgie subaiguë, c’est au tour du mal de dos chronique d’entrer en jeu. À ce stade, les douleurs peuvent vraiment être insurmontables quand elles veulent. Au grand bonheur des malades, cette forme n’est pas très courante. En outre, si l’affection est maîtrisée dans le temps, il n’y a aucun risque à ce qu’elle atteint le summum. Dans cette situation, d’autres symptômes surviennent avec la douleur lombaire. C’est le cas de l’insomnie et de la nervosité. Il est même possible qu’une dépression gagne du terrain. 

Il va sans dire que les traitements sont de plus en plus sérieux. Une pratique ne suffit pas, à elle seule à, éradiquer ce souci. Par conséquent, le mieux serait de se tourner vers un programme à plusieurs disciplines. 

Les autres pratiques en général

L’auteur développe quelques méthodes générales afin d’en faire une panoplie d’exercices réalisables depuis chez vous sans recourir à des outils dispendieux. En général, le produit évoque des exercices issus, entre autres, de :

  • L’ostéopathie
  • Le correcteur de posture
  • La cure thermale
  • L’acupression
  • L’usage de plantes apaisantes et anti-inflammatoires
  • La massothérapie
  • Les exercices d’étirement
  • Les avantages des musiques zen