Passer au contenu
Savoir reconnaître des hémorroïdes internes ou externes

Savoir reconnaître des hémorroïdes internes ou externes

Un grand nombre de personnes souffrent d’hémorroïdes. Ces derniers sont les résultats de la formation des varices au niveau des veines de l’anus et du rectum. Il en existe deux catégories, dont les hémorroïdes internes et externes. La plupart du temps, les personnes de grand âge sont les plus à risque. Reste que d’autres catégories de personne sont susceptibles de subir le même sort. 

Il est assez facile de reconnaitre cette maladie parmi tant d’autres. De plus, une pluralité de traitements existe. Toujours est-il que faire un petit tour d’horizon de tous les symptômes ne serait pour savoir différencier des hémorroïdes internes a des hémorroïdes externes. Cela permet de mieux intervenir et d’éviter plus de dégâts. 

Quelles différences entre les hémorroïdes internes et externes ?

Hémorroïdes internes 

Avant toute chose, il est nécessaire de définir et de distinguer les deux types d’hémorroïdes, dont les internes et les externes.

 Pour ce qui est de la première catégorie, elle se manifeste à l’orifice de l’anus ou encore sur la partie basse du rectum. Elle se décline en quatre degrés qui se différencient par le stade d’évolution de la maladie. 

Dans le cadre d’une affection au premier degré, la boursouflure se trouve encore à l’intérieur de l’anus. Au deuxième degré, elle commence à se montrer à la surface surtout au moment de l’expulsion des matières fécales. En fait, c’est la contraction réalisée à ce moment qui provoque ce refoulement. Ainsi, lorsque le mouvement correspondant s’arrête, les veines reviennent à leur état normal. 

Arrivée au troisième degré, l’hémorroïde doit vraiment être repoussée soigneusement à l’intérieur après chaque défécation. Au quatrième degré, il n’est plus possible de la remettre en place. 

Comme vous avez compris les hémorroïdes internes sont localisés à l’intérieur de l’anus. De ce fait, il ne se montre pas à l’évidence. Par conséquent, un bon nombre de malades ne s’en aperçoivent qu’après un bon bout de temps. Ce n’est que lorsque le premier symptôme pointe le bout de son nez que les patients s’en rendent compte. 

Il est principalement causé par la constipation. En fait, les veines se trouvant au niveau de la zone concernée sont mises en péril par certains facteurs. Cela peut être l’utilisation de certains papiers hygiéniques qui ne respectent pas les règles d’hygiène en vigueur. Quant à la constipation susmentionnée, elle porte atteinte à l’état des vaisseaux sanguins en question à cause des matières fécales qui s’endurcissent par ce phénomène. 

Les manifestations de cette catégorie de la maladie ne sont pas toujours les mêmes en comparaison avec l’autre. L’apparition d’une petite quantité de sang figure parmi les signes les plus fréquents bien que ce symptôme ne soit pas forcément alarmant. Toujours est-il qu’une consultation s’impose dans ce cas. En outre, une douleur assez perturbante est souvent rencontrée au niveau de la zone anale. La plupart du temps, les patients se plaignent d’une sorte de palpitation pour traduire ce symptôme.

Hémorroïdes externes

À l’inverse du premier type énoncé, les hémorroïdes externes sortent vraiment à l’extérieur du canal anal. On les trouve sur les tissus entourant l’anus. Son principe est que les veines se trouvant à ce niveau se dilatent à force de subir les facteurs causaux de la maladie de manière continuelle.

La plupart du temps, l’enflure en question se présente sous la même teinte que l’ensemble de la peau. N’empêche que dans certains cas, elle prend une tonalité légèrement pourpre ou violette. Ce type d’hémorroïdes peut être très douloureux dans certaines circonstances et il est le plus souvent rencontré. Tout comme dans le premier cas, les traitements existent en grand nombre. Si elle est considérée comme étant assez facile à prendre en charge, elle semble perdurer davantage en comparaison avec la première forme susmentionnée.  Reste qu’il est essentiel d’en adopter celui qui est le plus approprié. Quant à ses origines, la constipation se trouve toujours parmi les plus mentionnées. En outre, les personnes effectuant moins d’activités physiques s’exposent davantage au risque d’attraper ces protubérances. 

Comme vous l’avez vu, il est assez facile de pouvoir reconnaître des hémorroïdes internes à des hémorroïdes externes. Maintenant que vous savez qu'elle type d’hémorroïdes vous avez, il vous sera plus facile de la traiter efficacement.