Passer au contenu
CYBER MONDAY !! Jusqu'à 70% sur la Boutique !
CYBER MONDAY !! Jusqu'à 70% sur la Boutique !
Douleur du bas du dos droit : Quelles en sont les causes ?

Douleur du bas du dos droit : Quelles en sont les causes ?

Il est courant de rencontrer une douleur qui surgit du côté droit et en bas du dos. Il s’agit en fait d’une lombalgie aiguë communément appelée lumbago ou lombago. On la ressent lorsqu’on exerce brutalement une rotation sur le dos ou lorsqu’on s’abaisse pour soulever une charge importante. Elle est généralement vive et on la qualifie souvent de « coup de poignard » dans le dos.

La douleur s’atténue lorsqu’on s’octroie du repos et devient vive lorsqu’on reprend des efforts, lorsqu’on tousse ou lorsqu’on se retrouve sur un pot de toilette. Sa durée peut s’étendre sur quelques jours mais ne devrait pas excéder quelques semaines. Lorsqu’elle apparait, on ressent parfois une contracture musculaire qui empêche l’exécution d’un mouvement. Dans certains cas, la douleur est si vive qu’elle devient immobilisant. Le dos devient raid et la colonne vertébrale se déforme « en baïonnette ».

Son apparition résulte le plus souvent d’une défaillance du rachis, le plus souvent en cas de fracture d’un disque intervertébral. Il s’agit de problèmes mineurs qui ne durent que quelques jours. Une lombalgie n’entraine donc pas un handicap.

Les causes des lombalgies

Un lombago brutal qui se produit chez un jeune patient après le soulèvement d’une charge ou une rotation brusque du dos est une lombalgie aiguë assez fréquente, car son apparition est liée à un processus dégénératif des éléments anatomiques du dos à savoir le disque intervertébral (qui se déchire), les articulations entre les os de la colonne vertébrale, les ligaments ou la musculature du dos. Les structures lésées souffrent la plupart du temps de lésions intriquées.

Il faut différencier cette dernière de la lombalgie qui apparait pendant le sommeil, généralement au cours de la deuxième moitié de la nuit. Dans ce cas, la raideur se prolonge jusqu’au réveil et disparait peu à peu dans le courant de la journée. Ces causes sont différentes, il s’agit ici d’un lumbago inflammatoire dû à d’autres causes notamment les spondylarthrites.

Plus rarement, les causes peuvent être ailleurs notamment une fracture, un glissement des vertèbres les unes sur les autres (médicalement appelés spondylolisthésis), un trouble inflammatoire des os, des muscles ou des ligaments du rachis, une infection ou alors un cancer.

Dans plus de 90% des cas, les lombalgies sont des troubles bénins dont la durée n’excède pas quelques semaines.

Procéder à l’identification de la lombalgie qu’on a contractée

Un grand nombre de lombalgies s’explique par une déchirure du disque intervertébral causée par un mouvement brusque ou lors du port d’une charge lourde en adoptant une mauvaise posture. À la suite de cette déchirure, un peu de la synovie contenue dans le disque s’échappe causant immédiatement une douleur vive qui peut ou non être accompagnée de contracture musculaire. Elle ne doit pas être une source de préoccupation particulière. Néanmoins, il faudra traiter délicatement le dos, de peur qu’une quantité importante de contenue discale ne s’échappe et n’entraine une hernie discale et entre par la suite en contact avec une structure nerveuse, plus grave. Il s’agit là d’une lombosciatique plus fréquemment désignée sous l’appellation sciatique.

Les médecins conseillent d’éviter de beaucoup bouger, en particulier en adoptant des postures qui augmentent la douleur. Prendre du repos sans toutefois rester longuement allongé sera bénéfique. Il est également possible de prendre un antalgique pour calmer la douleur et la contracture musculaire qui témoigne d’un lombago moins bénin.

Facteurs favorisants l’apparition d’une lombalgie

Il s’agit d’un trouble fréquent qu’on rencontre chez de nombreuses personnes. Même si de nombreux facteurs favorisent l’apparition d’une lombalgie, la première cause de leur apparition est liée à l’âge. La fréquence de survenue des lombalgies augmente lorsqu’on prend de l’âge. Elle est aussi en fonction du nombre de lombalgies antérieures contracté. Elle résulte aussi d’une faiblesse musculaire de la ceinture abdominale qui apparait lorsqu’on approche la cinquantaine.

L’état d’aménorrhée augmente aussi les risques de contraction d’une lombalgie. En effet, la surcharge pondérale apportée par le fœtus combinée à la distension des muscles abdominaux ramène le centre de gravité du corps vers l’avant entrainant ainsi une cambrure prononcée du bas du dos.

Les conditions physiques dans lesquelles on est amené à travailler ou à jouer sont aussi des facteurs qui influencent la survenue d’un lumbago. Les positions contraignantes et peu confortables pour le bas du dos peuvent être dues aux soulèvements importants de charges, à l’exposition à des vibrations ou alors à des risques de chutes.